Né dans le "ghetto" ou émigré en Ukraine : les pasteurs africains en conquête.

Publié le par topophilia

 

Pour un premier article, en voici deux en un !!

 

 

Du pasteur rappeur camerounais qui vient de publier son premier livre, au pasteur nigérian devenu selon l'article "un des personnages les plus influents d'Ukraine", ces deux récits témoignent de la mobilité transnationale et sociale réelle des pasteurs évangéliques africains et de la resymbolisation progressive de leur parcours.

 

Si l'un ne semble guère pouvoir échapper aux scandales politico-financiers, tandis que l'autre est avant tout présenté comme issu des quartiers populaires de Yaoundé, défendant la cause des défavorisés aux rythmes du hip-hop, l'Europe apparaît pour ces deux figures comme une véritable terre de mission (l'Eglise du pasteur Sunday s'appelle l'Ambassade de Dieu). Notons qu'ils sont tous deux arrivés respectivement en France (années 2000) et en Russie (années 1980) en tant qu'étudiants. 

 

Agitation de la peur de l'islamisation de l'Europe de l'Ouest ou volonté d'évangéliser une France qui a perdu ses valeurs et que "les Francs-maçons tiennent" (!), l'Europe occidentale et de plus en plus l'Europe orientale (depuis la chute du Mur), sont devenus des espaces à (ré-)évangéliser pour et par les pasteurs Africains.

 

Dans son livre Manou Bolomik aborde la question des Églises "ethniques" de France (la sienne est située à Pau) et l'on apprend que le charismatique pasteur Sunday, qui serait à la tête d'un réseau de près de 1 000 Églises implantées dans 45 pays, souhaiterait créer un "territoire autonome" en Ukraine, à l'image du Vatican des catholiques...

 

Les lieux (de culte) et l'espace évangélique sont donc loin d'être en voie de déterritorialisation et la géographie de protestantisme a de l'avenir !

 

La Révolution du Pasteur rappeur sur Actu-Chrétienne.net

 

Le Pasteur Sunday en Ukraine sur Religioscope

 

 

couverture-livre-manoubolomik-paulohlott-1.jpg

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article